Comment j’ai lâché le livret pour tirer les cartes

par | Oct 30, 2022 | alchimie, confiance en soi, lecture divinatoire, médiumnité, perception, tarot, vision, voyance | 0 commentaires

Contrairement à beaucoup de personnes qui disent tirer les cartes depuis qu’elles ont douze ans et qu’elles sont médiums de mère en fille, j’ai commencé à pratiquer la lecture de tarot à mes vingt-sept ans. Je venais de consulter un médium, suite à mes déboires amoureux répétés. Au moment de quitter la librairie ésotérique où je l’avais consulté, mon regard a été attiré par le tarot de l’amour de Silvia Hérédia von Velasquèz. J’ai suivi consciencieusement la notice, les tirages proposés et l’interprétation des cartes. J’ai alors commencé à faire des tirages à des amies en lisant à voix haute le livret, et elles éclataient d’un rire choqué face à la pertinence des messages. Pourtant, même à ce moment-là, elles étaient frappées par mes réactions spontanées et immédiates quand je retournais les lames et les petites blagounettes personnelles que j’insérais dans mes lectures. J’ai acquis ensuite le tarot manga, l’oracle Gé et j’ai suivi le même processus.

Au bout d’un an, j’ai pu comparer les livrets et un nouveau projet est né. Créer un tarot à partir d’un de mes romans, Cataclysme. J’ai donc rédigé mon premier livret d’interprétation, mes propres tirages et mes illustrations aussi. J’ai ajouté ma philosophie de vie personnelle. Un jour, j’ai tiré les cartes à une amie en oubliant le livret, mais cela ne m’a handicapée en rien. Plus ça allait, et plus le fait de regarder les cartes me permettait de comprendre immédiatement de quoi il retournait et je ne touchais plus aux livrets, ceux des autres jeux comme le mien.

Un jour, je suis retournée dans la librairie ésotérique qui faisait des animations et j’ai rencontré une dame intéressée par un tirage. J’étais encore étudiante, je n’avais pas créé mon entreprise donc j’ai refusé qu’elle me paye. Au début, j’ai commencé à reprendre l’interprétation théorique des cartes que j’avais moi-même dessinées. Elle n’était pas franchement réceptive et je lui ai concédé de moi-même que c’était bateau et peu représentatif. J’ai donc commencé à observer les illustrations. Elle m’avait questionnée sur un projet de voyage à l’étranger. Je lui ai dit en me basant sur les illustrations:  » Pour le moment, c’est périlleux, tu évites de t’y aventurer mais il y a quelqu’un à l’étranger sur le plan sentimental. Tu vas rester chez toi pour planifier ton projet à tête reposée. Tu as un confident mais vous ne vivez pas ensemble. Il y a un chat sur ses genoux et sur les tiens aussi, je suppose que c’est lui qui s’occupe des deux chats. « 

Elle m’a dit  » C’est la première fois qu’une personne me tire bien les cartes. Je suis restée proche de mon ex qui vit en Angleterre. C’est lui qui garde nos deux chats là-bas ».

Ce jour-là, j’ai franchi un cap dans ma pratique. Pour moi, ce qui est préférable, c’est de trouver le bon équilibre entre connaissances théoriques et intuition médiumnique, sans qu’il soit nécessaire d’occulter l’un ou l’autre.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La magie d’ Eveyblood